Mois : novembre 2021

Martin se lâche

Nous vous proposons ici un texte  de notre envoyé très spécial Martin, peintre, philosophe et batelier, texte relatant avec talent notre société étrange raciste, homophobe, égocentrique, anti-féministe, végéta- rien du tout, pessimiste de marins du dimanche :

 

Il a neigé toute la nuit. Du coup, ce matin, j’ai fait un bonhomme de neige devant la maison !⛄
– 09:00 : Mon bonhomme de neige est terminé. 🥳
– 09:10 : Une féministe passe et me demande pourquoi je n’ai pas fait une bonne femme de neige. 🤔
– 09:15 : Je fais aussi une bonne femme de neige… 👫
– 09:17 : La nounou des voisins râle parce qu’elle trouve que la poitrine de la bonne femme de neige est trop voluptueuse. 🍑
– 09:20 : Le couple d’homo du quartier grommelle que ça aurait pu être deux bonshommes de neige. 👬
– 09:25 : Les végétariens du n°12 s’indignent de la carotte qui sert de nez au bonhomme. Les légumes sont de la nourriture et ne doivent pas servir à ça. 🥕
– 09:26 : Les deux lesbiennes du quartier d’à côté me demandent pourquoi je n’ai pas plutôt construit deux femmes de neige ? 👭
– 09:28 : D’autres me traitent de raciste car le couple est blanc. 🤎
– 09:31 : Des Musulmans de l’autre côté de la rue me demandent gentiment d’ajouter un foulard à ma bonne femme de neige. ☪
– 09:37 : Des gilets jaunes débarquent, ils menacent de tout faire fondre si je n’enfile pas un gilet jaune à tout ce beau monde. Par peur d’inonder le quartier je m’exécute. 🟡
– 09:39 : Une cohorte désordonnée et  »bruyante » de lycéens tente de mettre le feu à mes hommes et femmes de neige. Trop de culture accumulée, ils ne savent pas que la neige ne brûle pas… 🚸
– 09:40 : Quelqu’un appelle la police qui vient voir ce qui se passe.🚓
– 09:42 : On me dit qu’il faut que j’enlève le manche à balai que tient le bonhomme de neige car il pourrait être utilisé comme une arme mortelle. 🧹
Les choses empirent quand je marmonne : mouais, surtout si vous l’avez dans le … 🍑
– 09:45 : Avec toute l’agitation, l’équipe de TV locale s’amène. Ils me demandent si je connais la différence entre un bonhomme de neige et une bonne femme de neige. Je réponds : Oui, les boules. Je suis alors traité de sexiste. 📺
– 09:52 : Mon téléphone portable est saisi, contrôlé et je suis embarqué au commissariat.📲 Je suis soupçonné d’être complotiste, parce que je marche au pas.
10:00 : Mon histoire est annoncée sur les radios. On me suspecte d’être un terroriste profitant du mauvais temps pour troubler l’ordre public.
– 10:10 : Tout le monde s’accorde pour dire que j’ai des complices.👥
– 10:29 : Un groupe djihadiste inconnu revendique l’action. 💥
Il n’y a pas de morale dans cette histoire… c’est juste le monde d’aujourd’hui !

 

Le comité de la gazette envisage d’aller apporter des oranges à l’auteur de ces ignominies. Le comité supérieur de Nestlé a été contacté pour qu’il veuille bien user de son prestige pour envisager une libération de l’homme innocent, nous pouvons le témoigner.

 

Le grand Eric

LE MARIN   mort le 13 juin 1998

Il s’est noyé, il est bien mort
Ce marin sculpté par la mer
D’un coup, jeté par dessus bord
Son dernier bateau fut l’enfer

Nourri de sel et d’horizons

Ses frissons troublèrent les tempêtes    
Déchirant la voile d’artimon
Et la peur toujours de la fête

Quand il vous parlait de la terre
c’était sûr, pour en faire le tour
De préférence en solitaire
Des océans d’eau, tout autour

L’odyssée de ses compétences
Le dispensait de longs discours
Le bateau toujours en partance…
De ce capitaine au long cours

Et ce géant de la marine
Le grand frère de tous les enfants
Fut pêché parmi les sardines
Dernier cadeau des océans

Il s’est noyé, il est bien mort
Victime de son inconséquence
D’un coup, jeté par dessus bord
Eric ignorait la prudence

Ce capitaine irresponsable
Modèle de tant de jeunes marins
A fini comme un misérable

  Il n’était vraiment pas malin…

Les brises d’A. Guex

Les brises

La théorie de brises de terre et des brises de mer est bien connue. Combien de fois, par les heures claires des matins d’été avons-nous grimpé au mât pour découvrir à l’horizon le mince cordon avant coureur du rebat ou du séchard ? Combien de fois, encalminés pendant les heures brûlantes des après-midi, avons-nous attendu les premiers frémissements des feuilles de la rive et les moments où les fumées immobiles se mettent à couler de la terre vers le lac annonçant la fraidieu, les albrans, le morget ou le jaman ?

Le jour, donc, par le beau temps, la terre s’échauffe plus et plus vite que l’eau et plus la terre est nue ou mieux elle est exposée au soleil, plus les courants chauds s’élèveront à sa surface et l’air qui est sur le lac, resté plus froid se mettra lentement en marche vers la terre. Le soir, comme si la nature voulait se remettre en place, la terre se refroidit plus que l’eau et la brise coule du coucher du soleil jusqu’au matin de la terre vers le large : brise de terre.