Mois : août 2021

90 ans et toutes ses dents…

Anne Donatienne nous a envoyé cet article que nous publions avec retard. Il s’agit de ce vénérable ancêtre villeneuvois qui a navigué près d’un siècle et qui est encore si fier !
Les nonante ans de Beausobre,

Invention et transmission d’une heureuse tradition

 Beau Sobre ! Le nom résonne comme celui d’un patriarche d’une grande famille agricole ; de ceux que l’on rencontre dans les sagas de Gabriel Garcia-Marquez ou d’Isabelle Allende ou peut-être même dans la littérature russe. Un tel surnom lui vient de sa longévité, de sa sagesse humaine et morale et de l’élégance simple et assurée de son allure. Ni ostentation ni morgue, pas de bling-bling. Il est beau, il est sobre. Il est. Sa renommée déborde les frontières de son village.

Beausobre possède quelques caractéristiques de ces figures légendaires de la littérature, ces grands anciens capables d’une maestria honnête et cordiale. Il est en effet beau et sobre et d’une certaine manière discrètement aristocratique mais ce n’est pas un de ces patriarche étonnants, c’est un voilier. Et ce voilier vient d’avoir 90 ans. Un anniversaire fêté le samedi 3 octobre 2020 au CVVi de Villeneuve dans les conditions que l’on verra.

Le bateau est en bois. Construit en 1930 sur un plan Alfred Mylne (334), le célèbre architecte écossais designer du yacht de la famille royale et un des initiateurs de l’International Metre Rule. Le constructeur est le chantier naval Oester à Rolle, l’acquéreur un notable genevois. C’est donc un 6m JI, jauge olympique de 1912 à 1952 répondant à la formule ésotérique suivante :

Celle-ci a connu un âge d’or entre 1920 et 1930 et évoluera au fils du temps. Dans les années 40, les souverains des pays nordiques voire espagnoles se devaient d’être à leur barre dans des régates de gentlemen.

Après Genève, le bateau qui porte alors le nom de Rosemary V sous le matricule Z15, est parti naviguer sur le lac de Constance mais fut racheté par un pharmacien vaudois et revient sur le Léman. Ce nouveau propriétaire procède à quelques changements dont un gréement en aluminium et une cabine couvrant le pont.

Acquis en 1990 par la famille Guex, trois générations s’occupent aujourd’hui de lui : Jean-Daniel dit JeanDa, le grand-père et acheteur ; Pierre, le fils ; Camille, la petite-fille.

C’est un voilier fait pour le lac. Il n’aime pas la mer. Déplacement léger, longueur hors tout de 10,70 mètres, longueur de flottaison courte, surface de voilure très généreuse. Au-delà de 12 nœuds, il est trop toilé, trop léger pour résister au souffle fort du vent, mais à 10 nœuds il est intouchable pour ses concurrents.

Lorsque Jean-Daniel en fait l’acquisition il y a 30 ans, il veut lui rendre son ancienne beauté. Avec son fils et des amis, l’équipe le restaure pour retrouver son état d’origine, fidèle aux plans d’Alfred Mylne. Ils suppriment la cabine et lui redonnent son gréement en bois.

Beausobre est un voilier très élégant. Fuselé, long de 11 mètres, le maître bau étroit, la partie de la coque émergée paraît courte. Tout de bois poncé (un gros entretien) et une ligne parfaitement dépouillée, c’est cette sobriété qui consacre son style racé de grand ancien respectable. Toujours reconnaissable à cette belle silhouette et à sa robe vert-tilleul, il donne l’impression de filer au ras de l’eau.

Beausobre : acquis et rétabli, restait à le baptiser après ses différents noms : Rosemary V, Aramis IV, Kid4 et enfin Calamity Jane ! En passant par Morges avec Pierre, son fils, les yeux de Jean-Daniel tombent sur l’enseigne « Théâtre de Beausobre »

– Voilà le nom. Il s’appellera Beausobre, sans que l’on sache qui est beau ou qui est sobre ! conclut Jean-Daniel…

Pour la petite histoire du nom, Armand de Beausobre s’est installé à Morges en 1577, fuyant le France plongée dans la tourmente des guerres de religion. En 4 siècles son domaine finit par s’étendre à plusieurs milliers d’hectares. En 1959, les sœurs, Nety et Germaine de Beausobre font donation d’une partie du domaine pour fonder l’Hôpital de Morges. En 1974, ces dames au chapeau vert, riches mais humanistes, créent une fondation pour gérer l’autre partie du terrain sur laquelle sera implanté un ensemble scolaire et culturel. D’où la création du Théâtre de Beausobre.

 

La fête d’anniversaire avait déjà été instituée pour les 80 ans du bateau. Et vient la récidive dix ans plus tard pour ses 90 ans.

Le bateau a donc été sorti de l’eau, posé sur son ber et nettoyé. Deux bonnes heures pour brosser et rincer sa cale. Quel meilleur tonneau qu’une cale en bois de 90 ans… Bordés et membrures nobles ne sont-elles pas le meilleur réceptacle pour accueillir le précieux breuvage. Un fond de cuve de 220 litres d’un assemblage de rouge de la région est acheté. Siphonnés du tonneau, ils rempliront la cale. Restait à fixer une vanne d’époque sur le nable pour que le vin coule à flot… Beausobre 1930 – 2020, Cuvée du 90ème, Grand cru de fond de cale, nous dit l’étiquette ornée d’une aquarelle du voilier.

Le Samedi, chaque convive est venu remplir sa bouteille, la bouchonner et y apposer son étiquette.

Entre le souvenir des temps anciens où l’on honorait le grand dieu Dionysos Bacchoï aux Grandes Dionysies d’Athènes ou le souvenir des fêtes breughéliennes, les joyeux drilles vont lever plus d’une fois leur verre … rempli au ventre du bateau, du fond de sa cale … à la santé du nonagénaire.

Cette joyeuse et un peu folle tradition digne des fêtes antiques mériterait, pourquoi pas, de faire partie du patrimoine immatériel de l’humanité aux côtés de notre proche voisin Lavaux.

Santé Beausobre, longue vie et bon vent !

Anne-donatienne hauet

Les interviews des trois générations de Guex ont été réalisées par François Chervaz

 

Solitaire SyZ

Sauf oublis impardonnables, voici le classement de nos courageux solitaires du CVVT.
Nos experts du club estiment que de finir cette dure régate mérite déjà des compliments fournis ! 
Sur 108 bateaux inscrits !

2 ème    Selmen TBS de François

8 ème     Mbs de David

19 ème    Tabasco  de Gottreux

36 ème.   Kim

50ème     Lennard

61ème     N.frölich

 

Toutes corrections seront accueillies avec plaisir !  

Désolé, nous n’avons pas trouvé de photos des 2 surprise !

Solitaire

Une délégation de la gazette avait projeté de rejoindre la bouée du Bouveret pour immortaliser le passage de nombreux participants à la régate. La bise ayant été annoncée facétieuse, elle le fut tellement que seuls les deux premiers bateaux ont été photographiés Catana et Celmen TBS. Les suivants avaient été tellement distancés – Près de 3 heures, la délégation est rentrée au port ne vous proposant que quelques vues des 2 premiers-Solitaire

 

Un bateau malvenu

Le 6.50 de notre ami vigneron Monachon est prié de quitter le port.

Sous des prétextes divers et sous le couvert d’une implacable loi, ce bateau n’est plus le bienvenu chez nous.

Ce vénérable octogénaire est probablement le bateau qui navigue le plus souvent depuis des lustres  et dont l’état pourrait être tenu en exemple par nombre de propriétaires de bateaux trop souvent dans de piteux états.

Question : La loi qui justifie son expulsion est-elle la même pour tous ?

N’y a t-il aucunes places qui parfois ont été attribuées  à des bateaux ayant apparu bizarrement au port ?

La loi… Pourquoi pas mais aussi un peu de bon sens et d’humanité.