Mois : mars 2018

ceci n’est pas un poisson d’avril

pangas   Le panga est un nouveau poisson asiatique que nous trouvons dans plusieurs de nos restaurants surtout sous forme de filets, à un prix relativement bas. Le panga est, au Vietnam, un poisson de culture industrielle intensive, plus exactement, il vient du delta du Mekong, et il est en train d’envahir le marché à cause de son prix.

Voici maintenant ce qu’il y a à savoir sur le panga : le Mekong est l’un des fleuves les plus contaminés de la planète. Les pangas sont infectés, à Très hauts niveaux, de venins et bactéries (arsenic, résidus industriels toxiques et dangereux, sous-produits du secteur industriel en pleine croissance), métaux contaminés, phénols polychlorés (PCB) ou DDT et leurs (DDTs), chlorate ; des composants relationnés (CHLs), hexachlorociloxane, isomères (HCHs) et hexachlorobenzène (HCB).

Ils sont alimentés avec des poissons morts, des restes d’os et avec une farine d’Amérique du Sud, le manioc et des résidus de soja et graines.
Il est évident que ce type d’alimentation peu salubre n’a rien à voir avec l’alimentation d’un environnement naturel. Cela ressemble beaucoup à l’alimentation des vaches folles (vaches qui furent alimentées avec des vaches. Vous en rappelez-vous ?).
L’alimentation des pangas est complètement en dehors de toute réglementation judiciaire. Le panga grandit 4 fois plus vite que dans la nature, à l’état normal. De plus, les pangas sont injectés avec (PEE).

Bat – eau

Toujours en quête de nouvelles acquisitions pour confirmer son insatiable suprématie, la  méga-entreprises veveysanne, après s’ être adjoint le marché des eaux minérales a décidé de mieux gérer la pollution due aux bouteilles vides, d’où le bateau ci-dessous !

bateau-bouteilles1

 

Sus à l’inconfort !

q

L’implant fessier permet d’avoir de jolies fesses rebondies

Les implants fessiers apportent de la rondeur aux fesses plates et sculptent le galbe du creux sous la hanche. La technique de pose de prothèse de fesse donne un résultat très naturel.

Certains ignorants pensent naïvement que la pratique de la voile est réservée à de sombres paresseux avachis sur leurs embarcations dans un confort douillet de nantis.
Que nenni ! Il suffit d’avoir navigué plus d’une heure sur un voilier pour ressentir de sombres douleurs à l’endroit de nos fessiers.
En résumé, le pont d’un voilier est parfaitement inconfortable et ne manifeste aucun respect pour nos arrière-trains endoloris.
Toujours à la recherche de solutions idoines aux problèmes des marins, notre délégué aux affaires médico-postérieures a consulté un homme de l’art nommé plasticien ou, plus vulgairement dit : chirurgien esthétique qui nous a proposé la prescription suivante : A l’instar des seins ou des biceps, il existe, progrès oblige, un moyen d’augmenter leur volume et pourquoi pas, leur conférer un plus de confort.
Bien sûr, il s’agit d’éviter de s’asseoir brutalement pour éviter l’implosion de l’implant mais les possesseurs de ces accessoires se prétendent satisfait et naviguent depuis lors confortablement.