D’un anonyme

Pour les banlieusards, le printemps n’est vraiment au rendez-vous que lorsqu’ils sont éveillés pour la première fois par une tondeuse à gazon.

Laisser un commentaire