Lundi juste après dimanche

Cap’tain Blin pense contre vents et vents partir pour Talamone.Un saut à la capitainerie : 30 à 35 noeuds sont annoncés avec vagues de plus de 3 mètres. Décidemment le destin ne nous aime pas. Alors la mort dans l’âme, on décide de démâter, sortir le bateau de l’eau l’installer sur la remorque et partir pour l’Italie ( signalons que le bateau a été mis à l’eau et mâté hier … Et que l’autoroute est interdite avec cette remorque …) Téléphones avec François, Jean, Loïc et Bruno… On y va, on n’y va pas ?!
14 heures… Impossible de démâter, beaucoup trop de vent assorti de seilles de flotte venue tout droit et du ciel et de la digue. On décide de se suicider main dans la main. Le garde port nous dit qu’éventuellement demain à 2 heures si pas trop de vent, le démâtage est possible. On renonce au suicide.
Question : Doit-on croire au destin ? Rien n’arrive-t-il par hasard ? L’escalade des obstacles au projet signifie-t-elle que le projet n’est pas bon ? 

En tout les cas, y’en a marre de ces empêcheurs de naviguer en rond !

Laisser un commentaire