Lemarindesalpes

Notre service des grands reporters à l’étranger a eu le privilège de rencontrer notre héros marin. L’homme de l’exploit nous a paru en bonne forme, il nous a relaté par le menu les immenses vagues venant se déchiqueter sur les digues de  L’Orient, les tempêtes se succédant sans relâche, la qualité du lit l’acceuillant les soirs de fatigue chez son frère. Il prétend ne pas avoir ressenti l’ennui de ne pas nous voir. Bien qu’empreints d’un zeste de tristesse, nous avons considéré que l’essentiel pour lui se situait dans le plaisir qu’il retirait de cette aventure, même sans nous… Une question demeure tout de même : Le bateau est resté quelques mois à terre sur la Poteylaz puis a opéré une grande traversée… de la France sur autoroute pour se trouver à l’Orient sur un ber. Le marin en question nous aurait-il caché que c’était sur le plancher des vaches qu’il envisagait de réaliser son rêve ? Encore une question sans réponse ! Par contre il doit savoir que les routes des Alpes sont beaucoup plus sinueuses que les autoroutes de la France. Ces routes nécessitent une attention soutenue permanente. En sera-t-il capable ? Son bateau résistera-t-il ?