Mois : septembre 2018

Solidarité

Unknown

Comme prévu, la gazette internationale du port a déménagé ses locaux.
Tout le monde sait le travail fatiguant que représente les multiples descentes et montées des escaliers.
Eh bien, à 14 heures précises, 5 juniors étaient devant la porte pour offrir leur participation au travail et surprise… les parents étaient aussi présents.
En moins d’une heure le transfert des sacs et cartons divers était accompli.
Voilà ce que l’on nomme solidarité ! Ceci se passe au port ! Au port de la Tour !

Migration

 

Pendant les quelques jours à venir, ne vous étonnez pas si la gazette subit quelques retards ou autres désagréments. En effet, votre blog préféré va déménager.

 Le bureau directorial, la salle des tortures mentales, l’étage de chef du contentieux, le vestiaire des dames esseulées, l’espace non fumeur de pipes, le stock des idées minables… Bref l’ensemble de l’entreprise va émigrer – succès oblige – dans de plus vastes locaux.

Une telle migration nous incite ici à formuler quelques réflexions :

Tous les objets, tableaux, gadgets ou autres souvenirs que nous ne regardions même plus, tous ces nids à poussière prennent d’un coup de l’importance : Il faut les transférer ailleurs.

L’accumulation d’objets aussi hétéroclites que stupides, ces relents d’un passé qui ne veut s’oublier, rassurent-t-ils ? Nous confirment-t- ils que l’on a vécu ?

Alors que faire ? Les jeter, tout simplement ? Les lustrer et les mettre à la cave pour pouvoir à l’occasion les voir encore ?

Non ! Le plus simple est de les disposer préconieusement dans un de ces cartons de déménagements… Ainsi notre passé, nos émois, le petit qui avait la scarlatine, le premier amour qui nous a lâchement abandonné … Enfin tout ce passé se substituera à nos mémoires déliquescentes car …

Ils trôneront sur de nouvelles étagères, dans un ordre peut-être un peu différent mais ils seront là, avec nous … C’est cela, l’essentiel …C’est bien plus beau, lorsque c’est inutile disait un certain !

Il fut un temps …

…Où l’on se munissait d’un pinceau que l’on trempait dans un bidon de la couleur choisie, pour redonner à une coque délavée l’ allure du neuf ! Période révolue ! 
Aujourd’hui l’autocollant est apparu et rien n’est plus simple que de travestir son bateau en dentelle ou toute autre fantaisie.
Qu’importe la couleur pourvu que l’on ait l’ivr esse